Association Internationale des Libraires Francophones

Plus d’une quarantaine de professionnels du livre de l’océan Indien se sont retrouvés les 18 et 19 novembre 2016 à l’Institut français de Maurice, dans le cadre des 2èmes Rencontres interprofessionnelles de l’océan Indien autour du livre jeunesse, organisées par l’AILF

Ces libraires, éditeurs, auteurs, bibliothécaires, institutionnels ou associatifs venaient de Madagascar, Mayotte, Maurice, La Réunion, les Comores et de France métropolitaine et ont tous en commun le livre au cœur de leurs activités quotidiennes. Pendant ces deux journées, ils ont discuté, témoigné, réfléchi, débattu, questionné, expliqué et envisagé ensemble des pistes de collaboration au niveau régional. Les tables-rondes ont été riches et avaient pour thématiques :

  • Le multilinguisme dans l’océan Indien, un atout à valoriser
  • Historique et évolutions de la littérature jeunesse en France
  • Comment intéresser les tout-petits à la découverte des livres ?
  • Ecrire et éditer pour la jeunesse
  • Le libraire, à la croisée des réseaux culturels et éducatifs
  • Organiser des animations en librairie, en bibliothèque et hors les murs pour promouvoir la lecture

Du 17 au 19 février 2016, en marge du salon du livre de Casablanca, l’AILF a organisé une rencontre professionnelle sous le thème « Les libraires francophones dans le monde arabe. Où en est le réseau des librairies au Maghreb et au Proche et Moyen-Orient ? » avec le soutien de ses partenaires principaux (CNL , OIF).

Une vingtaine de libraires du Maroc, d’Algérie, de Tunisie, de Mauritanie, d’Egypte, de Djibouti, du Liban et de Syrie ont pu échanger sur les situations qu’ils traversent, tant d’un point de vue politique, économique, culturel et social ainsi que sur les bonnes pratiques mises en place dans les différents pays afin de pouvoir réfléchir ensemble sur des actions collectives ou individuelles permettant de remédier aux baisses d’activité qui frappent particulièrement les pays du monde arabe.

Suite à cette rencontre, deux projets concrets sont en train de voir le jour ; la création d’un catalogue de « coup de cœur des libraires du monde arabe » et la mise en place d’une convention de partenariat avec l’AUF (Agence universitaire de la francophonie).

« Les Rencontres organisées les 27 et 28 septembre à Paris par l’Association internationale des libraires francophones ont mobilisé plus de 70 participants avec non seulement des libraires, mais aussi d’autres acteurs de la chaîne du livre et des milieux associatif, syndical et politique. L’Association internationale des libraires francophones (AILF) a franchi un cap avec le succès de ses Rencontres interprofessionnelles autour du livre et de la lecture organisées les 27 et 28 septembre à Paris, respectivement au Centre national du livre et à l’Assemblée nationale où les députés Pouria Amirshahi et Denis Baupin leur ont manifesté leur soutien en leur offrant une salle.

Née il y a 13 ans pour sortir les libraires francophones à l’étranger de leur isolement, l’AILF engage aujourd’hui des réflexions avec d’autres acteurs de l’interprofession désireux de partager leurs expériences et interpelle les responsables politiques pour qu’ils prennent la mesure des enjeux.

La Réunion est un pôle majeur d’édition dans la région Océan indien. Afin de continuer à cerner les enjeux de cette région en termes de circulation du livre, nous avons profité de l’opportunité du salon du livre jeunesse de l’Océan indien pour programmer cette mission à La Réunion et avons convié trois libraires de la zone à participer au salon et à une rencontre professionnelle :

Voahirana Ramalanjoana, présidente de l’Association des Libraires de Madagascar (ALM) et gérante de la librairie Maison de la Presse à Tananarive (Madagascar) ;
Boris de Chazal, directeur de la librairie Le Trèfle à Curepipe (Maurice), une librairie indépendante et dynamique, qui existe depuis plus de 50 ans ;
Isabelle Mohamed, gérante de deux librairies : la Bouquinerie d’Anjouan (Comores) ayant plus de 20 années d’existence et la Bouquinerie de Passamainty (Mayotte), créée en 2011.

Accompagnés par Agnès Debiage, librairie Oum el dounia en Egypte et Vice-Présidente de l'AILF

Au Québec, Michel Choueiri et Sylviane Friederich ont rencontré quelques libraires de Montréal pour les sensibiliser à l’AILF (Renaud Bray, Port de tête, L’écume des jours, la librairie du Square, la Librairie Gallimard, la librairie Fortin et la librairie Oliveiri) ainsi que différentes associations professionnelles québécoises (la Sodec, l’Union des écrivains et écrivaines québécoises, l’association nationale des éditeurs de livres – ANEL, l’association des distributeurs exclusifs de livres en langue française, l’Association des libraires québécois).

Au Liban, L’AILF a tenu à réunir quelques libraires de la sous région (Liban, Maroc, Djibouti, Egypte) et d’Europe (Belgique, Suisse, France) lors du Salon du Livre de Beyrouth du 3 au 5 novembre 2013, afin d’échanger avec eux sur leur situation et leur permettre de participer aux rencontres professionnelles de cet événement, troisième salon francophone après Paris et Montréal.

Deux états des lieux en Asie ont été réalisés par Jacques Bernard dans le prolongement du séminaire organisé à Hong Kong en 2011, l’un au Vietnam à Hô-Chi-Minh-Ville et Hanoï, l’autre à Singapour et Taïwan.

Au Vietnam, Jacques Bernard découvre la lourdeur des formalités administratives nécessaires à l’importation de livres français (liste de titres et résumés demandés) et rencontre, à Hô-Chi-Minh-Ville , les deux librairies vendant des livres français : la chaîne de librairie Fahasa (dont 3 points de vente sur 59 vendent du livre français) et la librairie Nam Phong qui vend uniquement du livre français.
A Hanoï, le responsable sous-régional visite trois autres librairies : la libraire française de Hanoï créée par une ancienne employée de la libraire Savina, la librairie Savina qui dépend de la société générale du livre au Vietnam, puis la dernière librairie, Livres and Co, qui a d’ailleurs fermé depuis.

Une vingtaine de libraires originaires du Sénégal, de Guinée et de la République démocratique du Congo ont participé à une formation du 8 au 14 avril 2013 à Dakar. Organisée avec la collaboration de Clairafrique, cette rencontre a été animée par deux formateurs sous régionaux expérimentés, Agnès Avognon Adjaho (Ancienne Directrice de Notre-Dame à Cotonou) et Brahima Soro (Librairie de France à Abidjan).

Cette rencontre s’est réalisée autour de trois thèmes : l’assortiment en librairie, la gestion physique et financière des stocks, les techniques de vente et d’animation. De l’avis des formateurs, très bonne participation : assiduité, suivi, attention, questions, débats, apports pertinents sur le fond des questions traitées. La librairie Clairafrique a grandement facilité cette organisation.

Agnès Adjaho s’est rendue dans les librairies incontournables de Dakar en plus de Clairafrique : Athéna, et Quatre Vents. Elle est également allée à Thiès pour visiter le point de vente de Clairafrique. La qualité de l’assortiment et de l’aménagement dans ces librairies ont suscité tout son intérêt.

L'AILF organise une rencontre professionnelle à Beyrouth du 03 au 05 novembre 2013 entre libraires du Proche et Moyen-Orient pour échanger sur la situation que traverse un certain nombre d'entre eux. Une rencontre avec les représentants de l'Agence universitaire de la Francophonie est au programme et pourrait permettre de développer, à terme, des relations de partenariats avec les libraires de l'AILF.

 

L’AILF souhaite connaître davantage les librairies implantées dans les zones non francophones. Dans le cadre de sa collaboration avec le Centre National du Livre, il a été décidé de faire un état des lieux dans un pays d’Europe du Sud dans lequel l’association avait deux librairies membres. Un premier état des lieux dans trois villes d’Espagne réalisé du 13 au 18 novembre 2011 a permis de rencontré une dizaine de librairies implantées dans trois villes espagnoles : Barcelone, Madrid et Saragosse.

Au terme de la formation AILF en 2011 abordant la thématique de la communication, des outils de communication, du blog et des réseaux sociaux, les libraires malgaches avaient émis le souhait de privilégier pour 2012, des accompagnements individualisés en librairie. Agnès Debiage s’est donc rendue à Antananarivo du 21 au 29 novembre pour rencontrer les libraires malgache et nouer des relations avec une libraire mauricienne invitée au séminaire mais également pour accompagner dans leur développement 3 librairies d’Antananarivo et 1 librairie de Tamatave.

Au fil des années, ce que l’AILF a entrepris à Madagascar a favorisé un vrai dialogue entre les libraires, qui arrivent désormais à surmonter la concurrence que peuvent se faire les uns et les autres, pour échanger sur des problématiques communes. Les libraires sont capables de se retrouver autour d’objectifs communs, voire de s’entraider dans certains cas, les tensions personnelles s’estompent petit à petit.

Page 1 sur 2