Association Internationale des Libraires Francophones

L’équipe de l’AILF était présente à la matinée dédiée au Livre audio organisée par l’association La plume de Paon et la Société des Gens de Lettres le 12 juin 2018 à l’hôtel Massa à Paris. Cette rencontre autour du livre audio avait pour objectif faire un état des lieux du secteur, de cibler les enjeux de la lecture à voix haute, de la médiation du livre audio, ainsi que de pointer les enjeux fiscaux et numériques.

Vous trouverez ici le compte-rendu de la table ronde sur "Les coulisses du livre audio : lire ou faire lire son texte ?"

Printemps du livre audio

Après 16 000 kilomètres parcourus, 23 pays traversés et 19 libraires rencontrés Cyclopédie sera de retour en France le vendredi 30 juin.

  Angkor web

Une administratice de l’AILF, Loubna Fawaz, libraire en Mauritanie, a représenté l’AILF lors de l’inauguration de Conakry Capitale Mondiale du Livre par l'UNESCO en 2017. Du 23 avril 2017 au 22 avril 2018, expositions, colloques, ateliers, conférences, concours autour de la promotion du livre, de l'édition et des professionnels de ce secteur culturel ont été proposés.

 Conakry capitale

Grande émotion en ce 17 mai, en entendant la nomination de Françoise Nyssen, comme ministre de la Culture au sein du nouveau gouvernement.

Francoise Nyssen

Notre administratrice, Voahirana Ramalanjaona (également présidente de l'Association des libraires de Madagascar) représentera l'AILF au premier Salon du Livre Comores Océan Indien. Ce salon aura lieu du 13 au 18 mars 2017 à Moroni. Son positionnement très ouvert sur l'océan Indien participe à une circulation du livre au niveau régional et à l'émergence d'un réseau de professionnels du livre de l'océan Indien. Nous nous en réjouissons.


SDL Programme 280117 2 Page 1

"Evidemment, aucun livre, aucun auteur n’existerait sans les libraires. Mais, pour moi, il y a quelque chose, je pense, d’un peu spécial. Mes traductions de Dostoïevski, comment ont-elles vécu ? Comment sont-elles parvenues à atteindre les lecteurs ? — Il y a eu beaucoup d’articles au début (j’en ai parlé), mais ensuite, et très naturellement, il n’y avait plus eu d’article du tout — je veux dire, au jour le jour, livre après livre. Et le CNL, donc, ne donnait aucune subvention, et il fallait bien qu’ils se vendent tout seuls, ces livres — des livres qui, par nécessité, n’étaient pas tous aussi connus que « L’Idiot »… [...]

Page 3 sur 6