Association Internationale des Libraires Francophones

photo confinement A Voahirana  Par Voahirana Ramalanjaona

En temps de confinement : une adaptation à la crise par des mesures internes à la librairie
Aucune mesure n’a été prise pour les librairies à Madagascar. Nous avons par conséquent fermé la librairie pendant le confinement total. La circulation était interdite pour tout le monde et les mesures imposées : fermeture de tous les commerces mais interdiction aux patrons de faire du chômage partiel ou technique. Le personnel était donc en congés mais a touché un salaire plein jusqu’au 8 mai car le chômage partiel a été décrété à partir du 9 mai. On mesure ainsi à quel point l’impact économique sur la librairie est catastrophique, et à quel point il en va de la survie de la librairie.

Des initiatives prises au sein du groupement de femmes entrepreneuses
Le secteur de la culture n’étant pas important aux yeux du gouvernement, je me suis rapprochée du groupement des femmes entrepreneures qui a adressé de nombreuses doléances aux bailleurs de fond comme à l’ensemble des banques. Ainsi, nous avons obtenu le report des échéances bancaires. Nous attendons la réponse des bailleurs de fond quant à leur participation aux charges patronales.

Un déconfinement sous haute surveillance
Le déconfinement partiel a commencé le lundi 4 mai dernier avec une autorisation d’ouverture en matinée. Le couvre-feu est maintenu de 21h à 5h du matin. Le port du masque est obligatoire pour tous et les transports en commun fonctionnent jusqu’à 15h. Les horaires d’ouverture de la librairie ont été fixées de 8h30 à 13h. Deux masques en tissu ont été distribués à chaque membre du personnel qui doit s’enduire de gel hydro alcoolique à l’arrivée comme après chaque contact avec un client. Une annonce est affichée à l’entrée de la librairie demandant à chaque client d’entrer avec un masque et de se laver avec le gel obligatoirement. La femme de ménage nettoie les poignées de porte et les rampes d’escalier après chaque passage d’un client et un diffuseur d’huile essentielle de ravintsara est disposé au comptoir caisse.
La communication de l’ouverture s’est faite essentiellement sur facebook et par email aux clients fidèles, cependant aucune commande n’est possible dans la mesure où le transport aérien est à l’arrêt. La principale crainte est le fait que les clients touchent les livres, mais nous ne pouvons pas vendre sans permettre aux clients de chercher parmi les rayons car nous n’avons pas de nouveautés.

Les leçons de cette crise sont nombreuses
La plus grande surprise est de constater que la clientèle est changeante en période de crise, la priorité n’est pas à l’achat de livres et nous n’avons pas eu la solidarité que nous attendions.
Les relations avec les fournisseurs sont très disparates, ils ne réagissent pas de la même manière. Quant aux administrations publiques et privées, cette crise fut l’occasion de mesurer la mauvaise foi des institutionnels et des banques : le critère politique prime sur l’humain. Nous remercions certes l’aide du CNL pour l’aide apportée à la librairie mais j’aurais souhaité que cette démarche vienne aussi des institutions culturelles et scolaires françaises locales...
Cette crise a rappelé brutalement combien l’économie d’une librairie est fragile car on se cachait souvent les yeux au profit de la passion. Il fut très difficile de demander de l’aide sans avoir l’impression de mendier et c’est vraiment humiliant de devoir justifier les besoins tellement la situation est irréelle. Comme quoi, la passion ne suffit pas face au règne de l’argent ...

Lien vers le portrait de la librairie

Par Ngartara NGARYENGUE, directeur de la librairie la Source

A Marius

Un service minimum dans un contexte de grave crise financière

Au Tchad, aucune mesure n’a été prise si ce n’est la suspension de contrôle des impôts. Mais nous avons décidé de fermer la librairie suite aux communiqués du ministre d’Etat suspendant tous les commerces depuis le 23 mars 2020 jusqu’à nouvel ordre et n’autorisant que l’ouverture des pharmacies et commerces d’alimentation.

Nous avons fermé durant 2 mois en travaillant de la maison mais j’ai instauré un service minimum à l’intérieur qui permet de maintenir la librairie opérationnelle et faire quelques recettes, cela rassure les fournisseurs. Un agent de sécurité surveille l’entrée pour vérifier que les gestes barrières sont respectés : lavage de main au savon et port de masque avant d’être autorisés à entrer.

La librairie la Source n’arrive pas à payer le salaire du mois d’avril de son personnel qui est de 1985,74€ mensuel. Les autres mois sont donc très liés à d’éventuelles aides ou à une possible réouverture. En effet, si une aide substantielle d’urgence de 30.000€ ne vient pas soulager nos dettes, on perdra la garantie COFACE et craignons un dépôt de bilan. D’autant qu’aucun fond n’a été mis à notre disposition localement. Pour la petite histoire, notre véhicule de livraison a été arrêté par la police qui nous a contraints à payer une amende forfaitaire de 150 € avant d’être libéré.

Un déconfinement partiel lancé le 25 mai mais une angoisse permanente

Le lundi 25 mai, le gouvernement a décidé d'un  deconfinement partiel. Les écoles sont toujours fermées et le couvre-feu est reconduit pour 2 semaines. Ce qui n'arrange pas trop les affaires car notre activité est liée aux écoles. Depuis le 15 que nous avons rouvert et les visites se font timidement. D’autant que récemment encore le taux des contaminés augmentait. Il faut admettre que la tension est palpable chez les clients …Si le covid19 peut se transmettre à travers le papier, le toucher etc. Tout le monde a peur ! Les visites se sont de plus en plus rares. On parle de plus en plus d’un enseignement à distance et on se questionne sur la place qu’occupera le livre dans les jours ou années à venir.

Les fournisseurs ne cessent de nous relancer. Tous nous demandent de faire un effort mais sans vente, il est difficile de faire plus d’efforts que ce que nous faisons…Quant aux institutionnels, à part le CNL qui a pris l’initiative d’aider les libraires francophones et nous les en remercions chaleureusement car cela va nous permettre de payer une partie des arriérés, notre encours en fin avril était de 56.692€. Je voudrais écrire à tous les partenaires pour leur informer de la situation de la librairie la Source. 

Aux bonnes volontés de nous venir en aide.

 

Lien vers le portrait de la librairie

Plusieurs mesures de lutte contre l’épidémie ont été prises dès la fin mars : fermeture des frontières, des lieux de culte et des écoles, état d'urgence, couvre-feu, isolement de Niamey du reste du pays. Mais la levée du couvre-feu du 13 mai a permis de reprendre le cours des choses et l’ouverture des écoles est prévue pour le 1 juin.

Par Binta Tini

Binta tini noce multimedia 2

Sous l’état d’urgence, j’ai décidé de réaménager les horaires, en demi-journée, de 8 H à 13 H fermant ainsi l’après-midi. La baisse de fréquentation et donc du chiffre d’affaires m’a contraint à ne garder qu’un employé sur deux. Pour s’adapter à cette baisse de CA, j’ai décidé de reverser mon salaire de directrice à la librairie sachant qu’il n’existe aucun fonds localement et aucune connaissance de la chaine du livre.

Mais ce qui m’a le plus découragé sincèrement c’est un courrier envoyé par notre ministère de tutelle à l’association des libraires nigériens lançant un appel à contribution demandant aux libraires de mettre à la disposition des personnes confinées atteintes du Covid 19, des ouvrages, sans penser à un moment donné qu’il y avait une chaine du livre derrière et l’économie d’une filière qu’il fallait respecter.

Malgré cela, j’ai ré ouvert la librairie le 18 mai en proposant de nouveaux les anciens horaires : 8-13 et 15-18H.

Voir le portrait de la librairie

Le gouvernement marocain annonce ce jour, mardi 26 mai 2020, par la voix de son ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, Othman El Ferdaous, la possible réouverture des kiosques et librairies sans autorisation préalable alors qu’un déconfinement était prévu initialement le 10 juin. Etonnant car ces dernières n’avaient reçu aucune consigne les concernant le 20 mars (seuls les commerces de bouche et de première nécessité, comme les pharmacies, marchés, pouvaient rester ouverts). Devant le peu d’informations les concernant les libraires ont agi au cas par cas.Donnons la parole à Stéphanie Gaou, directrice des Insolites à Tanger.

 Stephanie Gaou par David Koneckny

©David Koneckny

J’ai fermé la librairie le 18 mars 2020, voyant que le Maroc entrait dans une phase de confinement intensive à quelques jours du ramadan (qui est en temps normal, une période assez peu faste pour les librairies ici). D’un côté, j’ai fermé pour protéger ma collaboratrice et moi-même, et de l’autre, pour protéger la clientèle. A ce moment-là, nous ne savions pas vraiment quoi faire pour garantir une sécurité sanitaire fiable. J’ai préféré fermer.

S’adapter en travaillant son fonds, en créant des sélections sur les RS, des conseils personnalisés, une opération de parrainage
Cela a été très difficile les deux premières semaines de confinement. Rester loin de la librairie sans voir ma clientèle et les habitués, ce fut un coup dur. Je n’ai pas de site marchand, je communique juste sur Instagram & Facebook, je ne savais pas comment rendre accessible mon stock. J’avais calculé que je pourrai tenir financièrement jusqu’au 30 avril 2020 en restant fermée, c’est-à-dire que je pourrai assurer les charges fixes et le salaire de ma collaboratrice, mais quand j’ai vu la date du 30 avril arriver à grands pas, j’ai décidé de rouvrir le 1er mai. J’ai profité du confinement pour lire ou relire le fonds de la librairie, et reprendre les sélections de la librairie, comme je le fais d’habitude en vrai. J’ai essayé les vidéos, mais je trouve ça trop laborieux et je ne suis pas à l’aise. Du coup, quelques jours avant le 1er mai, j’ai relancé l’idée de faire des livraisons et envoi de colis dans tout le Maroc.
Plusieurs projets ont vu le jour : les sélections sur les réseaux sociaux, des conseils personnalisés via whatsapp avec mes clients réguliers, une opération de parrainage pour les clients qui ne sont pas à Tanger et qui peuvent à la fois soutenir la librairie en finançant des lots de livres pour des lecteurs qui aiment lire mais n’ont pas toujours les moyens de consacrer des sommes à l’acquisition de livres. Après avoir reçu quelques dons, je lance concrètement l’opération cette semaine.

Mais de lourdes conséquences économiques et humaines et très peu d’aides locales
Le chiffre d’affaires est presque identique à celui de l’année dernière en mars, mais le C.A. 5 fois moins important en avril 2020 (par rapport à 2019). Il va falloir travailler plus cette année, je n’envisage pas de repos et ne pourrai pas prendre autant de risques au niveau des achats de livres, sachant que je n’ai quasiment pas d’office.
Au niveau des banques, il y a un produit pour les TPE/PME, qui s’appelle Damane Oxygène (une sorte de crédit avec un taux d’intérêt pas si avantageux que ça) pour aider à payer les charges fixes de la librairie sur 3 mois. La demande est laborieuse, je n’ai encore rien obtenu. Et la CNSS (sécurité sociale) assure 2000 dhs par mois pour les salariés qui n’ont pas travaillé. C’est peu encore. Rien d’autre. Depuis quelques jours, des amis très proches ont décidé de lancer une opération solidaire pour le lieu avec des artistes pour organiser une vente dont les fonds aideraient le lieu à maintenir une activité décente.
En ce qui concerne les fournisseurs, beaucoup ont cessé leur activité pendant le confinement et travaillent depuis leur maison. Il est quasiment impossible de commander des ouvrages nouveaux, à part avec un distributeur qui, lui, n’a jamais cessé son activité. Je reprends peu à peu (et prudemment) des commandes pour mes clients favoris.

Des craintes de perdre l’identité d’un lieu culturel d’échanges artistiques
Sur le court-terme, nous avons dû annuler plusieurs dédicaces d’auteurs, des expositions car la librairie fait également office de galerie, et j’avais prévu un programme artistique jusqu’à octobre 2020 que j’ai dû annuler (billets d’avion perdus, etc.). Sur le long-terme, mon lieu n’a de sens que s’il est fréquenté. J’ai tout misé sur la convivialité du lieu, sa décoration, son style, sa possibilité de faire converger les désirs des artistes avec ceux des clients. Si ces derniers ne peuvent plus le fréquenter comme avant, ce ne sera plus aussi agréable de travailler.
Les gens ont l’air rassurés à la librairie, mais on les sent peureux. Dans l’ensemble, tout le monde se félicite de nous voir ouverts, et respecte très bien les mesures de confinement, mais ce n’est plus du tout aussi chaleureux qu’avant. Nous-mêmes faisons tellement attention à ne pas être des sources de contamination que nous en oublions parfois notre sympathie et désir de partager nos lectures. Nous avons gagné une clientèle hors les murs puisque peu de librairies ont maintenu leur activité, mais j’ai bien peur que cela ne durera pas. Et pourtant, je suis très heureuse de développer un nouveau réseau de lecteurs/lectrices, très pointu.

Nouvelles initiatives : « click and go »
Nous avons rouvert le 1er mai en service « click & go ». Les clients demandent des livres via les réseaux sociaux, nous préparons les livres 48h à l’avance en prenant toutes les mesures sanitaires (port de masque, lavage régulier des mains, gel, etc.). Les clients peuvent venir les chercher du lundi au vendredi de 10h à 15h où nous organisons des livraisons tous les jours sur Tanger. Une fois par semaine, nous organisons des envois de colis sur tout le Maroc avec le service express de la poste marocaine. Les clients n’ont pas le droit d’entrer dans la librairie (sauf pour les règlements par carte bleue), ils ne peuvent pas toucher les livres. Nous nettoyons tous les jours la librairie (sol avec produit sanitaire, machine CB, consoles, claviers d’ordinateurs, etc.)

Lien vers le portrait de la librairie

Photo 1

Par Flora Dubosc

Ici en Hongrie, les librairies ne sont pas considérées comme des commerces à part. A ce jour, 10 mai 2020, à Budapest, les lieux culturels, universités, écoles et lycées sont fermés jusqu’à nouvel ordre (mais les épreuves écrites du bac ont commencé cette semaine). Les restaurants et bars ne peuvent faire que de la vente à emporter. Les (para)pharmacies, commerces d’alimentation et drogueries peuvent rester ouverts jusqu’à 18h avec une plage horaire (9h-12h) réservée aux plus de 65 ans. Les autres commerces, y compris les librairies, peuvent être ouverts jusqu’à 15h. Le port du masque est maintenant obligatoire dans les commerces et transports en commun. Toutefois, samedi 16 mai, le gouvernement a annoncé le dé-confinement de Budapest. L’Institut français rouvrira pour ses équipes, mais pas encore au public, le lundi 25 mai. La librairie sera donc ouverte à compter du lundi 25 mai midi avec de nouveaux horaires et un espace un peu réaménagé.

La librairie Latitudes est située dans un espace qui est au rez-de-chaussée du bâtiment de l’Institut français de Budapest. Ce bâtiment, propriété de l’Etat français, et par conséquent la librairie, est restée fermée au public depuis le 17 mars. Légalement, la librairie aurait pu rester ouverte, avec des horaires limités, mais par égard pour l’équipe, les clients et il faut le dire, par facilité et par peur, nous avons décidé de fermer.  Après quelques jours d’inactivité totale, pour ne pas dire de paralysie, nous avons commencé à communiquer avec nos clients, sur notre site internet et nos pages Facebook et Google pour les informer de notre décision de fermer. Nous avons commencé à réfléchir, à compter, et recompter le manque à gagner, la trésorerie. Nous avons contacté tous nos fournisseurs pour négocier, avec plus ou moins de succès, le report du paiement de nos factures. Nous avons demandé, et obtenu sans difficulté aucune, l’annulation des loyers pendant toute la période de fermeture de l’Institut français. Nous avons échangé avec nos collègues dans d’autres pays d’Europe et avons déposé une demande d’aide exceptionnelle auprès du Centre National du Livre. Nous avons fait de notre mieux pour maintenir le contact entre les membres de l’équipe.

Une permanence hebdomadaire dès avril et une intensification de la communication sur le site marchand et sur le service de livraison à domicile

Début avril, l’Institut français a commencé à assurer une permanence hebdomadaire dans ses locaux ce qui permet aux libraires d’accéder, les jeudis, à la librairie. Nous avons donc réactivé notre service de livraison à domicile et intensifié notre communication sur l’existence de notre site marchand qui existe depuis plus de 10 ans. Travaillant à la maison avec accès à notre logiciel de comptabilité et de gestion de stock, je traite les commandes des clients (facturation), je réponds aux e-mails et appels téléphoniques (la ligne de la librairie est transférée sur mon mobile) et l’équipe (3 personnes plus la gérante) se retrouve une fois par semaine à librairie pour préparer, avec grand plaisir, les paquets et les remettre à la société de livraison avec laquelle nous travaillons. Nous avons expédié 123 colis en avril ce qui représente environ un tiers des ventes que nous avions réalisées sur la même période l’année dernière, des frais supplémentaires conséquents mais tout de même quelques recettes qui me permettront de payer au moins les salaires (et charges) des 3 employés au mois de mai.

De lourdes conséquences humaines, économiques

Nous ne savons pas si les clients vont venir, s’ils auront envie de flâner dans la librairie, s’ils auront les moyens de faire des achats. Nous ne savons pas non plus si, quand ou comment nous allons pouvoir recommencer à organiser des animations, à inviter des auteurs, relancer nos soirées Un livre – Un vin ou notre club de lecture. Le seul bénéfice de ces animations, il faut bien le dire, est le plaisir qu’elles procurent. Elles ne génèrent jamais assez de recettes pour couvrir les frais qu’elles occasionnent. Nous ne savons pas non plus si, ou quand, nous allons retrouver un volume de ventes suffisant pour couvrir nos charges. Nous n’avons que peu de certitudes. Nous savons que nos dépenses vont augmenter parce qu’il va nous falloir mettre du gel hydro-alcoolique à disposition de nos clients, équiper les libraires de masques, faire encore plus souvent le ménage, désinfecter régulièrement le comptoir de la caisse, les claviers, souris, et autres terminaux de carte bancaire. Nous savons qu’il nous faudra au moins deux ans pour nous remettre, peut-être, financièrement de cet épisode. Si pour le moment je n’envisage pas de réduire l’équipe, je sais d’ores et déjà que je ne pourrai pas verser de primes de fin d’année ni assurer les augmentations de salaires proportionnelles à l’augmentation du coût de la vie que je fais habituellement en mai.

Des aides locales minimes

A notre connaissance aucun fonds n’est mis en place en Hongrie pour les librairies. Nous nous informons du mieux que nous pouvons mais ici, le secteur de livre n’est absolument pas organisé, comme il l’est en France ou dans d’autres pays. Les librairies indépendantes, au sens français du terme, se comptent sur les doigts d’une main, ou deux. Le secteur de la culture, en dehors peut-être des structures d’Etat, ne fait pas partie des préoccupations du gouvernement. Les quelques mesures économiques qui ont été annoncées, notamment pour la protection des emplois, ne nous concernent pas parce que tous les membres de l’équipe de la librairie travaillent à temps partiel. Le système de chômage partiel ou technique n’existe pas. Pour une entreprise comme la nôtre deux options sont possibles pour diminuer nos charges salariales. La première serait de mettre l’équipe en congés sans soldes, mais comme cela implique la suspension de leurs droits à la sécurité sociale cette option n’est pour moi pas envisageable. La seconde est de suspendre le paiement de la rémunération de la gérante, ce qui n’implique pas la suspension du paiement des charges sociales afférentes. Depuis mars, je paie donc des charges sur un salaire que je ne me verse pas. Le gouvernement a également annoncé des mesures visant à la réduction des impôts. Celles-ci sont minimes, notre taux d’imposition diminuera a priori d’un pourcent, et ne nous concerneront qu’en 2021. La seule mesure concrète dont nous bénéficions actuellement est le moratoire imposé sur le remboursement des crédits ce qui n’aura en réalité qu’un tout petit impact sur les finances de la librairie puisque nous n’avons qu’un crédit dit de compte courant (sorte de découvert autorisé) de 3.000.000 de Forint (env. 8.500 euros).

Des horaires d’ouvertures adaptées pendant le déconfinement mais un incertititude sur la réouverture des locaux de l’Institut français au public

Nous discutons aussi entre nous des aménagements à faire dans la librairie pour accueillir les clients dans le respect des recommandations de distanciation notamment et des plannings pour que chaque membre de l’équipe soit le plus à l’aise que possible. Vis-à-vis des clients nous partageons les nouvelles de la librairie par des lettres d’informations, sur notre site internet et nos pages Facebook et Google.

Notre crainte principale est d’ouvrir et de ne pas voir de clients. En effet, si l’Institut français (notamment son école de langue et sa médiathèque) reste fermé au public jusqu’à la rentrée de septembre comme cela est envisagé actuellement, il y a de fortes chances que le Café Dumas, qui est l’autre commerce dans le bâtiment, reste fermé lui aussi. Le bâtiment risque alors d’avoir une allure quelque peu fantomatique peu propice à faire entrer les clients dans la librairie. Si cette crainte se réalise et que notre chiffre d’affaire reste aussi bas que ces dernières semaines la librairie devra fermer, définitivement cette fois.

Lien vers le portrait de la librairie

FREDERIC DUMAS

Par Frédéric Dumas

La Guyane est une collectivité territoriale française. Elle présente des similitudes avec la librairie française (aides locales, subvention au transport) et avec les libraires francophones à l'étranger du fait de son éloignement géographique.
La Guyane, sur arrêté préfectoral, a été confinée du 15 mars au 11 mai 2020.

Développer la vente en ligne
La librairie a été fermée .Nous avons, par expériences des différents conflits passés, réagit dès le 16 mars en réorganisant notre activité par la vente et le conseil de livre en ligne, avec livraison à domicile ou retrait dans nos en boites aux lettres. Cette activité commerciale, existante depuis plusieurs années dans nos librairies avec notre site internet www.kazabul.com nous a permis de prendre, en partie, le relais de la vente d’ouvrages et d’apporter un service de proximité. Actuellement, nous possédons 65 000 références et 180 000 titres dans nos 2 librairies. Cette diversité d’ouvrages, disponible sur notre site internet, participe très largement au succès rencontré par ce type d’initiative. Notre service de vente en ligne a évité la fuite de notre clientèle vers les sites marchands tels qu’AMAZON, FNAC, CULTURA etc. Grace à ces positions, nous avons pu conserver 80% du personnel entre 10H et 30H semaine en bénéficiant du chômage partiel. Notre dynamisme nous a permis de réaliser, un CA total d’environ 100 000€ depuis le 16 mars dans nos 2 librairies.

Adaptation dans les commandes et au niveau de l’équipe
Nous avons mis en place l’organisation des retours et des demandes sur couverture de manière à retrouver de la trésorerie à la reprise et avons réalisé l’inventaire des librairies. Nos collaborateurs ont répondu présents et sont fatigués mais heureux de la sortie de crise. Maintenant, nous allons organiser des tours de Vacances, en Guyane ....
En terme d’aide locale, il y a possibilité d’avoir un prêt jusqu’à 50K€ garantie par la Collectivité Locale de Guyane.

Le dé confinement
Nous reprenons les horaires normaux et appliquons les règles de dé confinement conseillés par le Syndicat de la librairie dès lundi. Tous les outils de communication sont mobilisés pour informer les clients : mailing, Instagram, WhatsApp, Facebook, Téléphone etc.

Les leçons et recommandations tirées de ces expériences dans votre relationnel avec la clientèle, les fournisseurs, les partenaires
Notre rapport à la clientèle est toujours au beau fixe et la relation fournisseurs n’a pas changé. Parmi les bonnes choses, nous avons énormément vendu de fonds. En revanche pour ce qui est du rapport aux institutionnels et partenaires privés, c’est plus compliqué car l’arrêt des règlements des collectivités et des commandes publiques va entrainer une perte des prix de fin d’année et l’absence de révision de bac va nous contraindre à retourner le stock d’annales.
Il est important d’être ultra réactif et ne pas s’endormir... nous avons continué à recevoir nos palettes de réassort et les avons traités ce qui nous a permis d’accentuer notre choix en librairie. Dès la semaine du 11 mai, nous avons fait annuler tous les notés chez les fournisseurs. Il n’y avait plus d’avion, en dehors d’un seul Groupage et de toute façon les prix de transport ont augmenté de 20% par Air France. Les autres compagnies ayant stoppées tous leurs vols. J’ai négocié, dès la première semaine de meilleurs garanties Cofaces pour assurer la rentrée scolaire qui vient d’arriver. Nous allons reprendre les nouveautés et le réassort...

Portrait de la librairie

Page 1 sur 2